Pourquoi consulter un.e diététicien.ne?

Qu’est-ce qu’un diététicien/diététicienne ?

Le diététicien est un professionnel de la nutrition œuvrant dans le secteur paramédical. Sa mission est à la fois préventive et curative : son objectif est de prévenir les maladies, les surcharges pondérales et tous les inconvénients liés à la mauvaise alimentation.

Il s’appuie sur des textes officiels comme le CSS (Conseil Supérieur de la Santé, pour la Belgique) et sur les preuves scientifiques probantes.

Le diététicien apporte ses conseils aux patients et définit avec eux un comportement alimentaire adapté à leurs problématiques. Sa mission peut différer quelque peu selon le lieu où il exerce : centre hospitalier, clinique, établissements de soins, cabinet privé, MR (maison de repos), groupe scolaire…

Le diététicien est professionnel de santé reconnu par l’arrêté royal du 19 février 1997. Il est titulaire d’un numéro d’agrément et d’un visa, délivrés par le SPF Santé Publique. Cela permet de savoir à qui vous confiez votre santé et de vous prémunir de professions aux formations courtes et non reconnues qui ont pourtant pignon sur rue.

De ce fait, toute personne ne répondant pas aux exigences d’accès à la profession du diététicien définie par le SPF Santé Publique, et qui délivrent des conseils nutritionnels, plans alimentaires, sans en avoir les compétences, se rend coupable d’exercice illégal de la profession de diététicien et sont susceptibles de poursuites. 

Quelle différence entre diététicienne et nutritionniste ? 

Le terme de nutritionniste s’applique aux médecins qui ont suivi une formation complémentaire en nutrition et aux diététiciens qui le sont par définition, mais ils n’ont pas le même rôle, « nutritionniste » étant un adjectif qualificatif référant au domaine de la nutrition. Les médecins nutritionnistes sont les seuls à avoir un droit de prescription.  Le terme « nutritionniste » seul n’a, tout comme coach en nutrition, ou nutri-expert, nutrithérapeute, aucune valeur. Cela représente un réel danger car sans formation solide on ne maîtrise pas correctement les bases de la santé et peut conduire à de véritable aberrations pour la prise en charge des patients.

Quand consulter ?

Votre médecin généraliste peut vous adresser à un diététicien avec des consignes précises de prise en charge mais vous pouvez décider de le consulter de votre propre initiative.

Il est important de savoir que l’on peut se faire aider si on prend du poids et qu’on en souffre mais également si on maigrit sans le vouloir, si l’on se sent exagérément fatigué en dehors de toute maladie car cela peut-être le signe de carences ou que le simple fait de manger provoque des douleurs ou des troubles (douleurs abdominales, intestinales, remontées acides douloureuses, diarrhées et/ou constipation persistantes).

Pour qui ?

Un certain nombre de situation peuvent vous inviter à consulter un diététicien :

  • Lorsque l’on est sportif et selon ses objectifs : performance, gain de muscle, perte de poids.
  • Lorsque l’on est végétarien ou vegan, pour apprendre à équilibrer son alimentation.
  • Lorsque l’on est diabétique, pour diminuer les prises de médicaments et réduire la glycémie.
  • Lorsque l’on souffre de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, …) en parallèle à un suivi psychologique.
  • Lorsque l’on prend certains traitements qui peuvent avoir une influence sur le poids (cortisone, hormonothérapie…)
  • Après une chirurgie bariatrique pour vérifier ou adapter le profil nutritionnel
  • Lorsque l’on est soigné pour un cancer ; les traitements induisent des modification de l’appétit, du goût, provoquent parfois des troubles que la diététique permet d’atténuer voire de prévenir.
  • Lorsque l’on souffre de dyslipidémie, maladies cardiovasculaires, etc.
  • Les femmes enceintes.
  • Les seniors et les personnes atteintes de cancer sujets à la dénutrition et à la sarcopénie.

Quels sont les régimes proposés par une diététicienne ?

En règle générale et contrairement aux idées reçues, les diététiciens ne donnent pas de régimes, ils aident à procéder à des correctifs des habitudes alimentaires de leurs patients, on appelle ça un ré-équilibrage. Le but est que les patients deviennent autonomes et comprennent les bases d’une alimentation favorable à une bonne santé afin de pouvoir, seuls et à terme, être acteurs de leur propre santé.

Il est possible cependant, dans certains cas et pour certains patients, de procéder via un plan alimentaire. Mais c’est une approche que personnellement je n’implémente qu’après m’être assurée que mes patients ne souffrent pas de troubles du comportement alimentaire, puisqu’un plan pourrait venir les renforcer.

L’intérêt de la formation du diététicien est de lui permettre de s’adapter aux pathologies et aux objectifs des patients. Tout le monde ne consulte pas pour perdre du poids, on peut, en modifiant l’alimentation atténuer ou faire disparaître certaines pathologies, certains symptômes comme la colopathie fonctionnelle qui peut vraiment être améliorée par une faible consommation de certains aliments, plus connu sous le nom de low FODMAP, par exemple.

Quel remboursement ?

Les consultations en diététique ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale sauf pour certains trajets de soins liés à certaines maladies comme le diabète. Elles sont, en revanche, prises en charge par les mutuelles selon des conditions variables. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mutuelle pour de plus amples informations ! Généralement, il s’agit d’un simple document à faire remplir par votre diététicien.

Source : SPF Santé Publique, diététicien profession paramédicale